Seddat… Le majestueux

01/04/2010

Bonjour à vous tous chers amis.

L’appel du Bled a été tellement fort que j’ai du prétexter d’innombrables raisons pour s’y rendre pendant cette saison. Le plus pénible c’est de se rappeler à l’évidence, une fois qu’on est bien chez nous, là-bas, qu’il est temps de lever les voiles car des obligations plus importantes nous attendent et qu’on doit quitter ce Bled qui nous est très cher. Heureux sont les constantinois et les habitants des régions voisines qui peuvent le visiter quand bon leur semble.

Seddat, 938 métres - Jijel

Le Mont Seddat (938 metres), à l

Comme promis à notre ami Rabah d’AMRIDJ qui souhaite tant avoir des nouvelles de son/notre cher Mehcène, je lui dédie ce modeste billet. Il ne sera pas le seul, j’en suis sûr, à qui les images ramenées rappellerons bien de souvenirs, mais qui, grâce à cet outil formidable, lui seront accessibles à tout moment et partout dans le monde.

Lahdjar Labyad

Lahdjar Labyad ou La pierre blanche, la route qui mène à Mahcène - Djemaa Beni habibi - Jijel

Pour rappel, la meilleure voie qui mène à Mehcene est celle qui part d’El Djemaa en passant Ouled Maakal, elle est en parfait état jusqu’’ à la Huilerie de Tisbilene. La route devient difficile mais carrossable à partir de la bifurcation vers Siouana, mais l’automobiliste n’est nullement agacé par l’état de la route car la vitesse réduite devient subitement un allié qui lui permet d’admirer les paysages d’Adjdir, de Bradchou ou une source coule à longueur d’année, d’El Kaadi et de Lahdjar Labiad. Bref on devient, du coup, partisan du transport « en 404 bachée », de loin le moyen la locomotion privilégiée dans la région, à défaut des 4X4 usitées et en vogue ailleurs.

A l’arrivée au « T » de Boudiel, chemin qui mène vers Etteyana, on ne peut s’empêcher d’observer une halte au pied de Seddat qui trône majestueusement sur toute la région; de la vous pouvez admirer la plaine de Chekfa, la cote d’El Kennar et de sidi Abdelaziz, El Ancer, les montagnes de Beni Meslem, de Tafartas et celle Beni Aicha. La proximité de cette montagne de l’aéroport d’Achouat, du port de Jijel et de l’axe routier Jijel-Constantine, la prédestine à une activité touristique prometteuse pour peu qu’une petite attention lui soit accordée par qui de droit. Les senteurs et parfums provenant des cotés de la route chatouillent vos narines et vous invitent à séjourner éternellement dans la région.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de visiter la région en cette saison, j’ai ramené, en guise de cadeau, quelques fleurs « d’el ghaboucha » « d’aliya » et même « izektane », mais « tokok » est passé par la, malheureusement.

Je reviens à notre ami Si Rabah et tous ceux qui sont issus de Mehcene d’Ouled Younes et d’Ouled Tefallah pour leur demander d’admirer ces paysages devant lesquelles le pays des matins calmes n’est qu’une pale copient. Les matins dans cette contré, qui jouit d’une riche faune et flore, sont non seulement calmes mais enchanteurs également.

Vous n'êtes pas en Amazonie !

Vous n

La plaine de Jijel, Le port de Djendjen et La centrale électrique - Vue de Seddat - Jijel

La plaine de Jijel, Le port de Djendjen et La centrale électrique d

La mosquée de Siwana

La mosquée de Siouana

La ligne haute tension au dessus de Mahcène

La ligne haute tension au dessus des terres de Mehcène - Bordj T

Les petites maisons dans les montagnes forestieres

Les petites maisons dans les montagnes forestières

Vue de Seddat

Vue de Seddat

Izaktene

Les plantes d

Au plaisir de lire vos réactions.

Par Azzedine Boukehil

Publicités