Voyage dans l’histoire de Bni Habibi en 1865 1ère partie Ouled Chebel.

Vue generale de Hayen aujourd’hui

 A cette date une grande enquête a été entreprise pour tout le Tell Algérien. Elle reçu le nom générique de Senatus Consulte par référence à la loi  de 1863. Cette enquête nous donne une foule d’informations précieuses sur notre tribu.  Je vous en livre quelques unes dans cette présentation sommaire.

L’enquête a recensé une cinquante de mosquées entre Hayen et Oum Aggrioun, dont voici les noms. Les erreurs de transcriptions m’incombent parfois, parfois aux enquêteurs eux-mêmes. Que nos amis veuillent bien les pardonner et s’il y lieu les rectifier .

Cette première partie je la consacre  au douar Ouled Chebel (Hayen).

 Remarque 1  Les français on introduit chez nous une subdivision que nous ne connaissions pas. En effet le douar est propre aux régions de nomadisme. Le douar à l’ origine était l’espace exclusif de la tente. Dans les régions montagneuses, la dénomination propre aux agglomérations est Dachra (grande Kabylie) ou Mechta.

Remarque 2  Les informations manquent souvent d’exactitude parce que les informateurs se refusaient à se livrer entièrement aux étrangers. Soit ils ne donnaient qu’une approximation soit  qu’ils se dérobaient ou induisaient en erreur les enquêteurs.  Il ne faut donc pas prendre au pied de la lettre toutes les données Notamment pour les écoles et le nombre d’élèves qui y poursuivent les cours. Chiffres ridiculement bas.

1)    Mosquées (M) et Mosquée Cimetière (M-C) de HAYEN

El Khanag El Houch ( M), El Nouala ( M), EL Khanag El Zaouia ( M), Sidi Ouareth ( Mosquée- Cimetière), Belka ( M), Zietla ( M),  Bou El Aneb ( M), El Tahar ( M), El Demna( M-C), Acemmeur ((M-C), Sidi Ahmed Lebcir (M-C), Sidi Ahmed El Abed (M-C),  El Mabrouk (M-C), Takemicht (M-C),  Boudial(M-C), El Mazara(M-C), Di terra (M-C), Bouderdara (M-C), Tarits (M-C), Boumelloula (M-C), Chouka (M-C), Sidi Khellil (M-C), Bou Yala (M-C), Aissa (M-C), Terroutz (M-C), El Belka(M-C), Aghar

 2)     Ecoles

Quatre écoles  se tenaient dans les mosquées

  • Acemmeur : 20 éléves
  • El Tahar : 11 éléves
  • El Hadjana : 12 éléves
  • Ain El Mahassen : 15 éléves

3)    On a également recensé les cours d’eau :

Oued irdjana,  Bni Mazouz,  Bou Amar,  Aarar, El Kten,  Bou salem,  Bou El maïz,  Bou Khellouk,  Taritz, Meardjen, Ameur, Tacalout,  Afouar,  Sinaoun, Tamokrats, Bou Marzouk,  Bou baghla, Harrez

4)    De nombreuses sources existaient, existent-elles encore ?

Ezzaouia, El Belka, Sidi Ahmed El Abed, Ben felk, Melejlej, Tsaouinan, Bou Abdallah, El Kouck, Tsemmert, Taritz, Chouka, Afer, Attik, Zafen, Tafissaou, Tolba, Bouremad, Elksira, Azouz, Bou El Yersel, Tinezeran, Bou Chekhbel

5)    Les chemins et routes

  • Route muletière  des crêtes d’El Jenah à Bordj Arba, Seddat et Chouf Ali
  • Route muletière de Seddat à Djenah par chouf Bou Ameur
  • Route muletière  de Djema Tissibilen à Djema Tamezrart
  • Route muletière de Khenag el Arba à Beni aissa à El Milia à Djenah par Souk El Djema
  • Route de Kolla à Bni Maamer
  • Route de Djemaa à Acemmeur – Bni meslem
  • Route de Djemaa à Tissibilen par Kenag El Arba
  • Route Kheneg El Arba à Bni Idder
  • Route Kolla à Bni Idder
  • Route de abdouy à Souk el Djemaa

Ensuite viennent les chemins.

Ces routes nous indiquent les liaisons nombreuses et complexes qui structurent la tribu.

6)    La  Djemaa de Ouled Chebel (Hayen)

El Houch

Cheikh  de la Djemaa : Mohamed Ben Boudour.

Belkacem Ben hassen, Messaoud ben Kihal, Rabah ben Lazgheg, Abdallah ben Braham,  Mohamed Ben Souilah,  Ahmed Ben Youcef, Ali Ben Mohamed,  Ahmed Ben Salah,

7)    Statistiques 

Nombre d’habitants Hayen : Hommes 384, Femmes (362) Enfants (390)

Mulets  113, juments  347, Bovins 672, ovins  481, caprins  2091, maisons  250,  ruches 44 , Oliviers 8200.

Une dernière remarque : on retrouve très souvent le mot Chouf.

  • Chouf di El Ali,
  • Chouf Bou Amer,
  • Chouf Bou Berrouch
  • Chouf Ennakla
  • Chouf El Khenak
  • Chouf El Kebir,
  • Et Chouf Essama.

Le chouf est un observatoire, situé généralement en un point qui permet d’observer les régions limitrophes et où se positionnent les gués. Le plus étrange est bien sûr Chouf Essama, c’était là où nos ancêtres se plaçaient pour observer la lune du Ramadhan et de l’Aid.

Hosni Kitouni

de Zafen , Bouyala et sidi Kheli , il ne reste plus rien

L’emplacement de Jemaa Sidi Lebcir se trouve au milieu en haut de la photo

8 commentaires pour Voyage dans l’histoire de Bni Habibi en 1865 1ère partie Ouled Chebel.

  1. Azzedine dit :

    Merci mon ami Hosni pour cette balade historique .Le texte rapporte un flux important d’informations que nous devons tous enrichir par des commentaires ou par des explications .
    Ce qui a attiré mon attention à la première lecture , ce sont ces sentiers et routes qui traversaient les territoires de nos ancêtres de long en large , ce qu’on peut assimiler de nos jours aux routes communales , départementales et nationales .Eh oui ! quand on parle dans le contexte de l’époque d’el milia , de Bni Maamar ou de Bni Idder , ce n’était pas la porte d’à coté !!!!!
    J’espère que nos amis nous diront si ces routes existent encore .
    Encore merci cher ami , mail et il n’est plus question que tu disparais aussi longtemps comme tu l’as fait cette fois.

    J'aime

  2. Allaoua dit :

    des informations très précieuses !.. merci beaucoup🙂

    J'aime

  3. Mohammed dit :

    Salut à tous
    Je suis agréablement surpris par ce travail, ces précieuses informations et ces détails précis (dénominations des lieux, oueds et sources…).
    Étant non spécialiste en la matière je n’ai qu’à remercier vivement l’auteur de cette publication ainsi que toute l’équipe d’Afalaz. Bon courage et longue vie à notre portail.

    J'aime

    • Azzedine dit :

      Salut Mohamed ,
      tu seras plus surpris à la publication de la deuxième partie . Retrousses- toi les manches car tu nous seras d’un grand apport puisque quelques sources sont justes situées à quelques encablures des terres de ton grand père . D’ailleurs , nous appelons dores et déja aux fins connaisseurs de la région pour éclairer les visiteurs quant au contenu de la cette deuxième partie.

      J'aime

  4. benchaita saad dit :

    Saad dit:
    01/11/2011

    Bonjour
    J ai trouve bcp de BENCHIATA surtout messaoud dans votre liste des martyrs que dieu ait leurs ames. j ai un frére messaoud natif de Metlili (sud d Algerie) qui est tombe aux champs d’honneur en 1961 dans la region d ‘Aflou.

    J'aime

  5. Takster dit :

    Bjr, Je suis un Lebcir de Bou-saada, dit-on que nos ancêtres sont venu de l’est Algérien et se sont installés dans les hauts plateaux entre Bou-saada et Djelfa ( Slim ) Car ils étaient des nomades je crois.

    J'aime

  6. MOUHAMED dit :

    .BOULACHEB Mohamed d’Alger vous.remercie infiniment pour les .recherches effectuées sur nos ancetres et enrechir historique de notre commune DJEMAA BENI HABIBI avec des precisions et des details riche en la matière.A CET EFFET JE VOUS SERAIS TRES RECONNAISSANT TOUT.;

    J'aime

  7. Bonjour,
    Ce qui m’étonnera encore et encore et toujours, c’est notre incapacité à nous penser et à nous projeter vers l’avenir. J’entends et je vois, combien nos amis s’impatientent de lire des textes nouveaux ou novateurs sur les sujets qui leur tiennent à cœur. Mieux connaitre leur région, retrouver les sonorités des vieux mots, Retrouver la langue perdue des ancêtres, or je le sais, chacun de nous possède une partie du trésor que nous recherchons tous. Pourquoi ne le livrent-ils pas à la connaissance de tous. Si chacun par ce geste multiplié, ajoute son grain, nous aurons à la fin j’en suis sûr une belle moisson. Ceci d’une part, d’autre part, il y a le témoignage de ceux qui ne savent pas écrire, mais savent tellement de choses que leur mémoire préserve. Pourquoi, la aussi, nous n’entreprenons pas, l’enregistrement , les moyens sont disponibles, de cette mémoire. Chaque jour qui passe emporte avec lui un pan de ce passé si cher à nos cœurs. or faute de cette connaissance, il est vain de chercher à comprendre notre présent et encore moins à nous projeter vers l’avenir. Nous nous comportons comme des rentiers redevable d’une part de la richesse de la nation sans contrepartie à donner aux autres. je suis pour ma part disponible à créer avec d’autres des cercles d’amitié autour de projets mémoriels. C’est d’ailleurs grâce à un ami de Bni Habibi que j’ai pu visiter la fameuse bazina ( tombeau antique), un site exceptionnel qui nous raconte notre passé lointain. Il y a mille choses à découvrir et à sauvegarder :
    – Les vieux instruments de travail
    – Les ustensile de cuisine
    – Des costumes
    – l’architecture traditionnelle
    – Le travail agricole
    – Les manuscrits de quelque sorte qu’ils soient
    – La langue, ses mots, ses accents
    – les photos des vieux personnages de la région etc
    – les anecdotes et histoires autour d’événements emblématiques
    Tout cela peut constituer le matériel d’un musée local destiné à préserver notre mémoire collective.
    De plus, il est temps de sauver les lieux de mémoire de la région. de petites plaques commémoratives pour dire qu’ici et là l’histoire s’est faite.
    mes amitiés.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :