Jijel , passé et présent d’une région paradisiaque

Chers amis ,

A l’occasion du mois sacré de Ramadhan, J’ai le plaisir de vous adresser mes meilleurs vœux en souhaitant que ce mois sacré vous nous apporte santé, joie et prospérité.
Qu’ALLAH Le Tout Puissant agrée notre jeûne, renforce notre foi et qu’IL fasse de nous et de notre descendance de pieux musulmans.

تقبل الله صيامنا و قيامنا و أعاده علينا باليمن و البركات

Parmi mes lectures de cette dernière semaine , j’ai eu un coup de cœur pour un article publié sur le site tunisien Marhba . Cet article agréable à lire , retrace le passé et le présent de notre belle wilaya . Il est accompagné de photos qui font rêver et constituent une véritable invitation pour découvrir cette région qui attend son heure de boom touristique qui ne saurait tarder.

Merci à l’auteur de ce magnifique article que j’ai tenu à partager avec vous et nous l’invitons à nous écrire pour répondre éventuellement aux lecteurs.

Bonne lecture du lien  suivant :Jijel

ou de  l’article repris intégralement ci aprés

Azzedine Boukehil

« Jijel…

le temps ou j allais en vacances la bas , jijel a de belle corniche qui fait des jalouses..

Jijel est une préfecture algérienne, chef-lieu de la wilaya de Jijel à l’Est de la Kabylie. Sa population est estimée à 147.000 habitants (2007). Elle est située à environ 350 km à l’est d’Alger. C’est un port sur la mer Méditerranée, à l’extrémité Est d’une côte à falaises nommée la Corniche Jijellienne. Elle est adossée au massif montagneux de la Petite Kabylie.

Son nom chez les phéniciens était « Igilgili », ce qui donnera par la suite « Igilgilis » puis « Djidjel » et « Djidjelli ». Selon certaines version le nom originel de la ville vient du berbère « Ighil Gili » qui signifie, la colline de l’exil ou encore « Ighil Ighil » qui voudrait dire de colline en colline.

Ses habitants sont appelés jijlis ou jijeliens
Vers le Xe siècle avant l’ère chrétienne, les Phéniciens, marins et marchands, en quête de bases pouvant offrir le maximum de sécurité à leur commerce, s’installent à Jijel où ils fondent un comptoir.

Au Ve siècle avant J.C. les Romains occupent la petite cité phénico-berbère, qu’ils élevèrent sous Octave en 33, au rang de Colonia Romana, administrée par un sénat, à l’instar des villes romaines importantes.

Arrivant des pays germaniques, les Vandales traversèrent l’Espagne et défilent sur l’Afrique du Nord. Ils détruisent Igigili en 429.

La ville de Jijel est érigée en commune en 1860, et élevée au rang de chef-lieu de Wilaya après le découpage administratif de 1974.Et maintenant elle est l’une des villes les plus touristiques du pays.

la corniche djidjelienne, ou la cote du saphir, la plus belle corniche algerienne, un melange entre la mer et la montagne, avec presque 120km de corniche , JIJEL est sans doute la perle de la corniche algerienne.
photo: arriere plage du grand phare

c’est toute la splendide corniche qui vit au rythme de la belle saison, sortant l’antique Igilgili de sa légendaire somnolence.La circulation piétonne et automobile au chef-lieu de wilaya s’est densifiée et certains quartiers névralgiques de la ville ne manquent pas de bouchonner à tout moment.

La saison estivale a pris son rythme de croisière à la faveur du rush des estivants, sur la corniche. Le pic de fréquentation des plages a été atteint le week-end passé avec les températures caniculaires de ces derniers jours. De Béni Belaïd, à l’est, à Boublatene, à l’ouest, en passant par les plages les plus prisées du Grand phare, du Rocher noir, des Afftis ou ailleurs, les côtes de la wilaya de Jijel ont connu une véritable affluence. Venant des wilayas de l’est, principalement de Constantine, Batna, Mila et Sétif, en plus de ceux originaires de la wilaya, les estivants ont mis le cap, avec armes et bagages, sur une corniche à la nature encore vierge, mais adoptive.

Il convient de rappeler que pour assurer un bon déroulement de la saison estivale, le directeur de la Protection civile de la wilaya de Jijel a déclaré, dernièrement, que 20 plages sont autorisées et 27 autres interdites à la baignade.

Pas moins de 29 ambulances seront mobilisées avec 9 plongeurs, 51 agents professionnels et 622 saisonniers pour la surveillance des plages de la corniche qui s’étendent sur 120 kilomètres. Aussi, 7 zodiacs et 27 tours de surveillance seront au rendez-vous.

Les terrasses de restaurants prises d’assaut

Des terrasses de restaurants longeant la grande bleue et regroupant, le temps d’un repas, des couples, de jeunes gens ou bien des familles, réapparaissent à Jijel. L’un de ces établissements, une sorte de combiné restaurant-pizzeria-crèmes glacées, à la manière d’un cirque, a dressé son chapiteau au centre-ville, à deux pas de la plage.

Sur l’esplanade attenante au port de Boudis, les installations en bois de ce restaurant un peu atypique donnent une touche de gaieté à l’ambiance estivale de cette ville côtière, avec ses paillotes en bois couvertes de tuiles, ses lampadaires de style, sa moquette rouge et son aile réservée aux enfants avec balançoires et autres toboggans.

Outre la sécurité des lieux, la disponibilité de l’eau et autres commodités, le cadre est particulièrement agréable, notamment le soir lorsque le port mitoyen dégage ses embruns iodés. Cette esplanade qui végétait depuis plusieurs années, livrée aux enfants qui s’y adonnaient à d’interminables parties de football, revit le temps d’une saison à la grande joie des visiteurs qui trouvent, juste à côté, des dizaines d’autres commerces le long de la plage du Casino (aujourd’hui Kotama). Tout le tronçon de ce boulevard situé au cœur de l’antique Igilgili, de même que la plage qui s’étire sur plusieurs centaines de mètres, arborent un visage plus avenant depuis qu’ils ont été débarrassés des détritus qui les jonchaient depuis l’hiver dernier.

La location de maisons pour combler le déficit en infrastructures

Ainsi et selon la direction de wilaya du tourisme, pas moins de 5 établissements hôteliers sont opérationnels à Jijel, dont «deux ou trois» pour la prochaine saison estivale. Cet investissement induira la création d’infrastructures d’accueil d’une capacité de 622 lits et génèrera jusqu’à 314 emplois directs. Des hôtels «Ibis» et «Novotel», du groupe SIEHA, un autre établissement à Boublatène, ainsi qu’un gîte rural et un motel, dans la commune de Ziama Mansouriah, figurent dans cette nomenclature.

La wilaya de Jijel dispose à l’heure actuelle de 24 établissements hôteliers offrant une capacité d’accueil de 2018 lits. Au cours de l’année écoulée, ces structures ont enregistré 38 805 clients ayant passé 67 166 nuitées, soit une moyenne de 2 nuitées par client. Pour cette saison, il était prévu l’ouverture d’un centre de vacances d’une capacité de 130 lits à Tassoust, à un jet de pierre de la grande bleue, alors que les camps de toile, souvent décriés, devraient être remplacés par des bungalows de qualité. La population a plus que doublé et les quelques établissements hôteliers existants affichent «complet» et les autres structures d’accueil ne suffisent pas à répondre à une demande croissante.

Jijel, qui sort de sa léthargie, a aussi découvert un nouveau commerce. L’on assiste en effet à un foisonnement d’annonces à travers les artères des localités côtières, où des dizaines de propriétaires de maisons, pour ne pas dire des centaines, affichent leurs intentions de louer leurs habitations durant l’été.

Cette nouvelle pratique, qui a fait son petit bonhomme de chemin parmi de nombreuses familles jijeliennes, ces cinq dernières années notamment, constitue un commerce juteux pour les uns et un moyen pour les autres d’arrondir leurs fins de mois. Longtemps négligé, ce procédé a vite retrouvé ses adeptes avec l’amélioration de la situation sécuritaire dans la région.

Il est vrai aussi que le déficit en infrastructures hôtelières, dont souffre la wilaya de Jijel, pour l’accueil des vacanciers, avec à peine plus de 2000 lits, a contribué grandement à la floraison de la location d’appartements et autres villas.

C’est ainsi que de nombreux vacanciers, de passage dans la région, sont attirés par la location d’appartements, au détriment parfois du confort, pourvu qu’ils passent un agréable séjour au bord de la mer. Pour eux, en louant une habitation, ils arrivent à faire des économies, contrairement aux prix pratiqués au niveau des hôtels, jugés exorbitants au vu des commodités de séjour.

La restauration marche mieux

Les autres commerces et négoces (restaurants, magasins d’alimentation, marché central) sont l’autre signe révélateur d’une activité qui veut progresser dans le temps et dans l’espace. Mais cette ville côtière, redevenue un havre de paix, voit, elle aussi, ses trottoirs et ses espaces piétonniers squattés par le commerce informel. A Jijel-ville, c’est sans conteste le commerce de la restauration qui marche le mieux.

Pour preuve, les gargotes, restaurants, grill-rooms, cafétérias et autres pizzerias ne désemplissent pas. Dans le centre de la ville, une ruelle réputée pour ses «brochettiers» alignés en chapelet et donnant à humer à plein nez les exhalaisons de viande grillée, renseigne bien sur l’aspect florissant de ce commerce.

Même si, ici, les commerçants, pour ne pas divulguer leur chiffre d’affaires et éloigner ainsi le «mauvais œil», jurent à qui veut bien les entendre que «la saison passée était meilleure que celle en cours». Une rengaine qui revient chaque été.

9 heures du matin, virée vers la côte ouest, destination la plage «les Aftis». Située à 10 km à l’ouest de la commune d’El Aouana, la plage «les Aftis» au sable d’or est blottie dans une anse connue pour être l’une des plus belles corniches du monde. A travers les commodités offertes, elle s’est imposée comme la destination la plus prisée par les estivants surtout d’Alger, de Kabylie et Sétif.

Dans le registre de ses atouts, on retrouve la sécurité et l’hygiène. Elle est l’une des plus riches du pays en faune et en flore sous-marines. Propice à la pêche et à la plongée sous-marine, de l’avis de tous, l’affluence va crescendo d’année en année. En somme, les Aftis offrent les commodités nécessaires pour les nombreux estivants qui débarquent chaque année.

«Mais c’est le week-end qu’il y a plus de monde», nous affirme le chef de poste de la Protection civile. Toujours au niveau de cette plage, un coin est aménagé aux barques pour les balades, kayak, pédalos et beach-volley. Les amateurs de sport et de loisirs y effectuent quelques performances ou du moins assimilées comme telles.

Des vols à partir de France

Des dessertes hebdomadaires de France vers l’aéroport Ferhat Abbas de Jijel ont été ouvertes depuis le mois de juin, comme annoncé par le wali lors d’une session de l’APW. L’ouverture de cette ligne a été assurée par la première compagnie charter française moyen courrier Air Méditerranée. Elle est motivée par le flux important entre les deux rives de la Méditerranée, particulièrement durant la saison estivale. »

c est pas magnifique??


11 commentaires pour Jijel , passé et présent d’une région paradisiaque

  1. tiga dit :

    Bonjour,

    Je te félicite pour ton travail ou plutôt pour ta passion de Jijel.Ce site illustre ton amour de l’histoire de notre chère région.
    Pour moi,quand ce pays deviendra touristique (inch’Allah),il est clair que Jijel accueillera beaucoup de touristes!
    Ton métier est déjà tout trouvé: tu seras Le Guide
    touristique (Inch’Allah) de cette région.
    Tu mérites plus de reconnaissance et surtout du succès dans tout ce que tu entreprends.
    En plus, tu maîtrises parfaitement le français et
    l’arabe. Etre multilingue est une qualité prisée par les voyageurs nationaux et surtout internationaux.

    Jijel c’est aussi la fierté de toute l’Algérie grâce à son accueil chaleureux.
    L’immense majorité de cette région est Arabe et les habitants sont Arabophones,c’est ce qui plaît aux autres Algériens.Contrairement à la région limitrophe qui est la Petite Kabylie et toute la Kabylie en générale,où certains n’aiment pas parler d’autres langues que le Berbère,il faut conserver nos particularités et surtout notre arabité.
    Je sais que beaucoup de gens viendront visiter « le Pays Jijelien » quand ils sauront une fois pour toute que nous sommes Arabophones comme les Tunisiens,les gens du Golfe,du Machrek et les amoureux de la langue arabe d’Europe,d’Amérique,etc.

    Tout comme tes lecteurs, je suis heureuse d’être une Jijelienne Arabe et de faire partie de l’Algérie.
    Je suis aussi attirée par notre région limitrophe orientale à savoir Skikda.
    Alors,si un jour tu as l’occasion de visiter cette charmante région,je compte sur toi pour nous publier des clichés!

    Je te souhaite de passer un excellent mois du Ramadan ainsi qu’à tes lecteurs.
    Très bonne continuation.

    J'aime

    • awdana dit :

      saha ftourak TIGA
      les kotama ne sont pas arabes a ce que je sache,jijel fait partie de cette grande tribu berbere ,le reste n’est que litterature.

      J'aime

    • Azzedine dit :

      Je vous remercie chère madame pour ces commentaires .Mes amis et moi n’avons qu’une seule ambition en l’occurrence mettre en exergue tout ce qui beau et positif dans notre belle région que nous adorons .
      Pour le métier de guide que vous nous nous proposez , c’est déjà une réalité .chacun de nous connait la région sur les bouts des doits :شعبة شعبة ، واد واد ، غدير غدير ، مشتة مشتة دمنة دمنة ، ابريز أبريز

      J'aime

    • Kady dit :

      Bonsoir Tiga . Merci pour tous ce que tu as dit car c’est totalement vrai !! Je suis jijelienne aussi et notre ville et toute l’Algérie est trop magnifique macha’Allah ,🙂

      J'aime

    • donia dit :

      تكلمي على نفسك يا أختاه سكان جيجل اغلبيتهم من قبيلة كتامة الامازيغية و النسبة الباقية من قبيلة صنهاجة الامازيغية و قبيلة زواغة الامازيغية
      انا من مدينة جيجل من قبيلة بني عمران و هي قبيلة صنهاجية
      و على فكرة لا يوجد عرب في جيجل مطلقا يا سيدتي
      اذا كنت عربية ارفدي حوايج و برا روحي لشبه الجزيرة البعيرية لتفترشي الرمل و تاكلي الحشرات و الخنافس

      jijelienne amazigh et fiere de l’etre

      تبا للجهلة

      J'aime

  2. jijel seras le bijou si je serai élu;;

    J'aime

  3. r bourouis dit :

    s’il vous plait veuillez enlever la photo du tunnel parceque ce n’est pas la wilaya de jijel, c’est une vue des zigouates wilaya de béjaia

    J'aime

  4. awdana dit :

    Bonsoir TLMD, Yasmine dit que jijel sera un bijoux si elle (ou il?) sera elue, une femme maire de jijel? c’est formidable et salutaire parcequ’elle apportera avec elle la touche feminine et permettra a jijel de s’ouvrir à l’exterieur et d’être une destination de rêve car elle a tous les atouts necessaires.

    J'aime

  5. khalid dit :

    je suis d’oran svp pour 4 jour vers quel endroit vous morientez je sais que les grottes sont magnifiques et merci

    J'aime

  6. wahiba dit :

    Je vous remercie infiniment pour le précieux travail que vous venez de réaliser, je tiens à vous dire que j’ai bcppppppppppp apprécié les photos; concernant l’histoire d’origine, c’est vrai on est des berbères car on nous nomme~ El Kabail Soghra ~et on est fier de l’etre au contraire c’est une caractéristiques qui va nous distinguer des autres nations; ce qui compte c’est qu’on est musulman
    pour finir, je voudrais laisser un message pour ceux qui ne savent pas défendre, convaincre ou meme pas parler poliment :s’il vous plait il ne faut pas insulter les autres;on doit respecter leurs opinions sans oublier bien sûr de défendre les nôtres pour les convaincre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :