« Beni Habibi » antique

LES PREMIERS OCCUPANTS  DE « B. HABIBI »

Depuis quelques temps, mon frère Azzedine me presse de sa bienveillante sollicitude  pour  écrire quelques mots sur l’histoire ancienne de notre cher Béni Habibi.

Qu’est ce à dire histoire ancienne ?

Jusqu’à présent en parlant du passé nous nous sommes contentés  d’évoquer  les conditions de la formation de la tribu  que nous avons datées au début du 16è siècle.

Les traditions rapportées par l’oralité et qui ont été reprises par les documents du Senatus Consulte (1867)  indiquent effectivement que les fractions de la tribu des Beni Habibi se sont constituées  dans la mouvance de l’installation des Turcs à Djidjelli ( 1511-1514).  Par quelles preuves étayer ces traditions? Par pratiquement rien !  Nous ne possédons pas de documents qui nous renseignent sur cette période.  Mais nous savons aussi, que l’ensemble de la Kabylie orientale ( Kabaile Elhadra) après la période fatimide connue  un dépeuplement massif qui a pratiquement vidé le pays de sa population Kutéma d’origine. Il est dit  que plus de cent mille personnes disparurent dans cette aventure. Le repeuplement s’est fait à partir du 12 siècle par la migration de  familles ou de groupes de familles remontant des plaines Constantinoises vers les refuges montagneux de notre Kabylie orientale.  Ce repeuplement explique deux choses : l’inexistence de grandes et massives tribus  agnatiques et la langue si particulière de ce pays. Il explique aussi le mode d’habiter et le fractionnement excessif des tribus. Tous ces éléments nous ramènent aux temps du moyen âge. Mais peut-on remonter plus loin ?

C’est poussé par cette curiosité que je me suis plongé dans des documents anciens et qu’elle fut ma surprise de découvrir que le territoire de notre Bni Habibi, recèle quelques vestiges qui indiquent incontestablement que le pays a été habité au moins depuis trois siècles  avant JC.

Les premiers explorateurs français arrivés dans le pays après 1851, ont découvert à El Djemaa et et dans les environs des dolmen ( En préhistoire, monuments mégalithique servant de chambre funéraire, composé de deux ou plusieurs énormes blocs de pierre placés verticalement et surmontés d’un ou de plusieurs monolithes horizontaux constituant le toit) qui sont de la même structure que ceux découverts sur d’autres partie de la côte colliote et qui indiquent incontestablement que les hommes qui vivaient là, avaient une tradition particulière pour enterrer leurs morts. Ces dolmens dateraient du 2ème siècle av. JC.

Mais qui étaient les hommes qui habitaient le pays ?

C’est là qu’il faut apporter une information de taille et elle se rapporte à l’importance de l’Oued El kébir, appelé par les anciens Amsaga (Ampsaga)  en tant que frontière  permanente entre deux grandes peuplades Lybiennes (nom ancien des berbères) les Masæsyles habitant le rivage ouest de l’Oued et les   Massyles le rivage Est. D’ailleurs plus tard quand vint le règne des rois Numides, la frontière entre la Numidie et la Mauritanie était encore ce même endroit.

 Une chose est certaine la région a été habitée depuis la plus haute antiquité.

Après la colonisation romaine, la vallée de l’oued El kébir devint un centre de colonisation,  des vestiges ont été dévouverts à El Kanar, Ledjenah et Bni habibi de canalisation hydrauliques et de constructions qui indiquent incontestablement que la région était occupée par des romains.

Plus étonnant encore les Historiens s’interrogent sur l’emplacement exacte d’une cité appelée Paccianis  Matidi(a)e,  et que Pline dénomme : Tucca et dont on a retrouvé les ruines autour  de l’embouchure de l’Ampsaga. (Malheureusement je ne peux pas m’étendre plus sur le sujet puisqu’il constitue l’objet de ma recherche qui sera publié plus tard)

Un autre document épigraphique indique à cet endroit une grande ferme etc…

 Toutes ces trouvailles indiquent bel et bien que la région a été habitée dès la plus haute antiquité.

A titre d’illustration je vous livre une carte  où sont situés les Dolmen retrouvés.

Bonne lecture

Hosni Kitouni

10 commentaires pour « Beni Habibi » antique

  1. Azzedine dit :

    Merci Hosni pour cet éclairage de notre histoire ancienne .J’espère que qu’il ne sera pas le dernier, car à force de ne trouver aucun témoignage écrit sur le sujet , je me suis résigné , et je ne suis pas le seul, à penser que la région n’a été habitée que par des esprits . Je saisis cette occasion pour dire à mes : écrivez, écrivez , il en restera toujours quelque chose .L’histoire ancienne et moderne de toute la région est un champs encore inexploré . Mis à part quelques écrits à connotation coloniale, c’est le vide, le désert.
    J’espère que ton livre ainsi celui de mon ami Boukhlouf verront le jour dans avenir très proche. J’espère également que Hakim vous emboitera le pas , car un livre ce n’est jamais de trop

    J'aime

  2. Abdelghafour dit :

    Je vous remercie infiniment en premier lieu pour ce magnifique site et je vous félicite pour ces aimables idées, vraiment à la hauteur. En deuxième lieu à propos de ce sujet sur l’histoire de notre enchanteresse région je le trouve qu’est très intéressant, est un travail très précieux, par ce que ce n’est pas facile de collecter ce genre d’informations alors pour trois siècles avant J-C c’est rare. Mais s’il vous plaît si possible d’ajouter aussi un texte sur nos origines; est ce que nous sommes Arabes, Kabyles, un mélange, je ne veux pas faire la séparations nous sommes tous le mondes des frères, l’objectif pour qu’on sait seulement.
    Mes respectueuses salutations,
    Bien Cordialement.
    Abdelghafour B.

    J'aime

    • Azzedine dit :

      Cher Abdelghafour ,vos questions sont pertinentes .Je réponds à une partie de vos préoccupations en vous orientant vers le débat qui a suivi la publication de l’article sur Ouled Maakal. Pour le reste , je peux vous rassurer que Hosni ne manquera d’éclairer notre lanterne à tous , vous n’êtes pas le seul à piaffer d’impatience pour en connaitre la réponse.

      J'aime

  3. assaba abdelouahab dit :

    cher hosni,
    pour approfodir vos recherche, je trouve essetiel que vous consultiez l’ATLAS ARCHEOLOGIQUE de stéphane gzel, dont une copie se rtouve au niveau u musee national CIRTA, car il evoque des vestiges au niveau du oued Irdjana et Tarsat, moi meme j’ai eu a constater l’existence de vestiges dans cette localité (une petite foret entre ARSSA ET TARSSAT)il s’agissait probablement d’une nercropole de l’epoque Romaine.
    merci

    J'aime

  4. Administrateur dit :

    Vous pensez bien que j’ai très largement consulté l’Atlas de Gsell. Il n’est malheureusement pas suffisant puisqu’il a été publié en 1922 et s’arrête donc à cette date. C’est également une vision coloniale de notre passé qui a privilégié les ruines romaines et chrétiennes. Il n’ y a pas une seule indication sur les ruines des villages berbères et l’intérieur des terres a été totalement négligé.
    Il serait extrêmement intéressant pour nous de photographie nos anciennes maisons et recueillir auprès des vieux leur témoignage sur le mode d’occupation de l’espace. Qu’est ce qu’une Machta, une Dechra. Comment se structure un village, emplacement des mosquées. etc…

    J'aime

  5. Bonjour,
    Je comprends que vous ne souhaitiez pas vous étendre sur votre travail en cours, mais pourriez-vous m’aider à situer Tucca plus précisément sur la carte (latitude-longitude) ? Je suis en train de lister les ports antiques (voir mon site internet) et je suis preneur de toute information sur ce sujet dans votre pays où je n’ai malheureusement aucun contact avec les historiens/archéologues.
    Merci de votre aide. Cordialement.

    J'aime

    • Kitouni dit :

      Mr Arthur se demande où se trouve Tucca ?
      C’est une vieille question qui a longtemps préoccupée les historiens.
      On sait depuis l’itinéraire d’Antonin qu’un port existe entre Collo (Chullu) et Jijel (Igilgilli) sous le nom de Paccianis Matidae. Mais les indications s’en rapportant laissent à penser que la cité se trouverait plus tôt du coté de Bni Haroun. Pline se fait plus précis puisqu’il indique très clairement qu’il existe un port à l’embouchure de l’Amsaga (Oued El Kébir ) sous le nom de Tucca et non pas de Paccianis Matidae. En 1860 Féraud, découvre des ruines à El Merdja (embouchure de Oued El Kébir). La preuve semble avoir été trouvée qu’il existait là bel et bien une cité romaine. On conclue donc qu’il ne pouvait s’agir que de Tucca. Restait pendant l’emplacement de Paccianis Matidae. On lui attribua plusieurs localisations: Kennar ou un palais à proximité de Jijel.

      J’ai remarqué en parcourant le le site de Mr Arthur sur les ports de la Méditerranée, que Mers Ezzitoun a été oubliée. Ptolémée le signale comme port antique, plus tard El idrissi également.

      J'aime

  6. Azzedine dit :

    Cher monsieur Arthur,

    Votre visite nous a agréablement surpris d’autant que ce modeste site s’intéresse principalement à tout ce qui touche à notre commune située dans l’arrière pays .

    Votre demande d’informations sur Tucca sera certainement prise en charge par notre ami Hosni qui publiera dans un très proche avenir, Inchallah , un livre qui fera date sur l’histoire de la région .

    Pour notre part, nous vous seront très reconnaissants si vous pouvez, dans le cadre de vos activités, nous transmettre des documents, photos, cartes ou autre support traitant la région en général et de notre commune en particulier.

    Merci encore pour votre intérêt et sommes heureux de vous compter comme ami de notre site .

    Amicalement Azzedine

    J'aime

  7. DE GRAAUW dit :

    Cher Azzedine, merci de votre aimable réponse.
    J’ai eu en effet de nombreux contacts avec Hosni Kitouni depuis 10 jours. Il m’a fait découvrir des documents que je ne connaissais pas encore, ce qui m’a permis d’améliorer sensiblement la localisation des ports antiques de votre région (et du reste du pays).
    Votre connaissance de l’histoire et de la géographie locale est bien supérieure à la mienne (qui vise plutôt une grande « largeur » au sens géographique) et je crains de ne pas avoir grand’chose à vous apporter … sauf peut-être, sur un plan plus général, de susciter un regain d’intérêt pour nos patrimoines historiques et ainsi obtenir une meilleure préservation des sites archéologiques existants. Je suis évidemment sur la même longueur d’onde que vous sur ce sujet en essayant d’en faire tout d’abord un inventaire.
    Mon catalogue des ports antiques s’enchichit de jour en jour et j’espère mettre en ligne début 2012 une version plus complète dans laquelle les découvertes que j’ai faites grace à vous seront incluses.
    Un grand merci donc à vous et vos amis. Amicalement. Arthur

    J'aime

  8. foufou dit :

    انا جيجلية حرة من بني حبيبي لي خرجت نساء و رجا ل و معروفين بالنخوة والعزة والكرم وشكرا جزيلا لعبد السلام طالب و عز الدين بوكحيل راهم فكرون بايام زمان وهدك القعدة الزينةوخاصة فى لسورس زفان

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :